Notice de Présentation No. 2 de Clément Loranger

clement-a-latelier-2016

Clément Loranger

Conférence au CERCLE EST-OUEST  25 octobre 2016 Deuxième notice de présentation de la conférence de Clément Loranger.

Buts de la conférence :

1- Remettre en question le dogme de l’origine chrétienne de L’Europe.

2- Remettre en question le dogme qui fait des Occidentaux les héritiers privilégiés des Grecs.

3- Présenter des traits fondamentaux de l’imaginaire occidental.

4- Expliquer certains problèmes de notre civilisation à partir des sources celto-germaniques.

Des traits fondamentaux de l’imaginaire occidental :

a) L’idéalisation de la femme.

b) Le culte de l’amour et le coup de foudre.

c) Le symbolisme du cheval et de l’automobile.

d) L’esprit d’aventure  et goût  d’infini.

e) L’idéal chevaleresque.

Des problèmes de la civilisation occidentale :

Le peur du déclin de l’Occident. 

La peur de l’Islam. 

La terreur nazie et Heidegger.

Les sources barbares de la civilisation occidentale :

i- Les Celtes.

ii- Les Germains (Ostrogoths, Wisigoths et Scandinaves).

iii- Les Scythes, les Alains et les Sarmates.

Documentation antique consultée : 

Hérodote, Jules César, Tacite, Euzèbe de Césarée, Théodoret de Cyr, Zosime, Grégoire de Tours, Jordanès, Procope. Écrits médiévaux consultés : Tristan et Iseult, La Quête du Graal; Auteurs modernes consultés : Jacques Lacarrière, Marcel Brion, Vladimir Kouznetsov, Myles Dillon, Régis Boyer, Jean Michel Kantor, Yannic Grannec, Marc Lachièze-Rey, Abdennour Bidar, etc.

Biblio Barbero, Alessandro,       Charlemagne. Un père pour l’Europe, Payot, 2004.

Lebedynsky, Iaroslave    Les Scythes, Errance, 2010.
Minois, Georges      Charlemagne, Tempus, 2013.

Piganiol, André             Le sac de Rome, Albin Michel, 1964

Rémondon, Roger          La crise de L’Empire romain, P.U.F., 1970.

Trawny, Peter                Heidegger et l’antisémitisme. Sur les « Cahiers noirs », Seuil, 2014.

Ward-Perkins, Bryan      La chute de Rome. Fin d’une civilisation. Alma, 2014.

LA NAISSANCE DE L’OCCIDENT :

L’Occident, comme civilisation  est né dans la confusion des ethnies, le pluralisme religieux et le traumatisme de la chute de Rome. 

Sur un fond majoritairement celtique, la confusion des langues et des croyances comportait une part gallo-romaine et germano-romaine. Cela valait pour les villes de l’Empire romain plus ou moins christianisées. Pour les campagnes, la romanisation et la christianisation étaient superficielles. Les croyances polythéistes, la magie et la sorcellerie dominaient chez beaucoup de paysans. Les chants et les danses préromains ornaient les fêtes. 

Le pluralisme religieux des 6e, 7e, 8 et 9e siècles était composé par l’arianisme chrétien, le catholicisme romain et les cultes germaniques et celtiques. Chez les chrétiens l’arianisme dominait. Cela englobait les peuples germaniques : les Wisigoths, les Ostrogoths,  et les Vendales en particulier. Les guerres religieuses de Charlemagne contre les Germains païens ou arianistes provoquaient la confusion spirituelle et le relativisme religieux. 

Le traumatisme de la chute de Rome était surtout présent chez les élites urbaines et les membres du clergé fidèles à la papauté. Ce sont les gens de culture latine qui furent traumatisés par la destruction de l’Empire romain. Les catholiques avaient pris fait et cause pour l’Empire romain devenu chrétien. De ce fait, au plan intellectuel, le traumatisme était celui de la naissance de L’Europe de Charlemagne. Les ancêtres francs de Charlemagne n’avaient pas été arianistes. Ils s’étaient massivement convertis au catholicisme. De plus, ils avaient stoppé l’invasion des Sarrasins musulmans en Gaule.

Au 5e siècle, les Ostrogoths et les Vendales avaient ravagé la ville de Rome. Le pouvoir impérial de l’Ouest disparut et  le pouvoir impérial byzantin resta présent à Ravenne, au centre de l’Italie. L’Empire romain était devenu une puissance orientale. Les Huns païens terrorisaient ce qui allait devenir l’Europe.

Au 8e siècle, les Huns furent arrêtés par les musulmans qui s’avançaient au cœur de la Gaule. Au 8e siècle, les guerres carolingiennes avaient le caractère des guerres de religions contre les arianistes et les païens germaniques. La christianisation progressait par les missionnaires et par la guerre. La victoire complète du christianisme n’allait
advenir qu’ 13e-14e siècle pour ce qui est des Scandinaves et des Hongrois.

Les peuples antiques qui ont contribué à la formation de la civilisation occidentale sont les peuples barbares suivants :

Les CELTES : (Bretons, Gaulois, Gallois, Écossaient, Irlandais): peuples formant la plus grande civilisation en Europe avant Rome. À la chute de l’Empire romain, ce sont les Celtes qui jouèrent le rôle de matrice culturelle pour l’Occident à naître. Nos contes et nos romans,  leur doivent beaucoup depuis le Moyen Âge. Avec les Germains (notamment, les Francs) et les Alains, ce furent les principaux inspirateurs de la civilisation occidentale.

LES SCYTHES : peuples de langue et de culture proche de celle des Perses. Invaincus durant leur histoire, ils ont habités près de mer Noire et au sud de la Russie, en Ukraine, en Crimée. Ils échangent avec les Celtes sur le Danube. Leurs raffinements artistiques enrichirent les Alains, les Sarmates et autres peuples barbares envahisseurs de l’Empire romain. Ils ont des cavaliers et archers réputés durant l’Antiquité. Ils sont nomades en grande partie.

LES ALAINS : successeurs de Scythes, de culture raffinée, apparentée à celle des Perses. Ont occupé les steppes russes d’où les chassèrent les Huns. Ils sont dotés d’une cavalerie redoutable, associés avec les Vendales (peuples germaniques) vers 350. Conjointement avec les Celtes et les Germains, ils ont apporté l’esprit chevaleresque. Leurs descendants et ceux qui héritèrent de leurs culture forment l’Ossétie en Russie. Les
Alains et les Sarmates se sont installés à des centaines d’endroits en Gaule.

Les OSTROGOTHS : (« habitants des champs ») peuples germaniques installés dans les années 300 près de la mer Baltique dans la Pologne actuelle, puis l’Ukraine et la Russie. Parfois collaborent aux invasions des Visigoths, parfois agissent pour leur propre compte. Se convertissent au christianisme arianiste comme les Visigoths. Fondent un royaume en Italie au 5e siècle.

Les VISIGOTHS : ( « habitants des forêts ») peuples germaniques, partis de la Baltique pour occuper la Roumanie actuelle. À certaine époques, ils protègent l’Empire romain. Au 5e siècle, après la disparition de l’Empire romain de l’ouest, ils établissent un royaume dans le sud de la France et un autre en Espagne.

Les FRANCS : peuples germaniques. Vers 400, alliés de Rome, ils sont installés sur le Rhin. Ils tentent de contenir la poussée des Vendales et des Alains vers l’ouest. Puis, envahissent la Gaule. Règnent aussi sur la Germanie. Ils combattent les Burgondes et les Visigoths. Deviennent les meilleurs alliés des papes. Ils combattent les barbares lombards qui menacent Rome.

Les SAXONS : peuples germaniques combattus par Charlemagne. Les Saxons sont souvent convertis par la force. Depuis 400, ils ont commencé à envahir la Grande Bretagne.

Les HUNS et les Hongrois : les Huns viennent des limes de la  Chine. Ils ont traversé l’Eurasie et l‘ouest et  triomphé de tous les peuples en se rendant jusqu’à  Rome et Constantinople. Ils
sont parfois alliés des Germains, parfois alliés de Rome ou de Constantinople selon leurs intérêts.

CHARLEMAGNE (742-814) Charlemagne est un père de l’Europe. Son Empire vint après la ruine de l’Empire romain sur un espace géographique assez différent du monde romanisé. Lucien Febvre affirme que L’Europe est issue de l’Empire de Charlemagne.

NOTRE CULTURE :

Notre culture occidentale, en ses fondements, n’est ni grecque, ni romaine, ni biblique. Notre culture est rêve d’infini. Notre culture est combat avec Jeanne d’Arc. Notre culture est amour de Piaf et d’Iseult. Elle est conquête de l’inconnu. La Belle au bois dormant et Blanche Neige l’émerveillent. Gödel et Turing, sont élèves de Blanche Neige. Notre culture est domination du monde et peur de son propre effondrement. Notre mentalité est « Déclin de l’Occident » et peur de l’autre : subversion bolchévique et judéobolchévique. Notre imaginaire est peur du péril jaune et de l’invasion islamiste. Il aime la liberté mais flirte avec le National-Socialisme et le  fascisme allant jusqu’au génocide des juifs et des gitans.
Notre culture idéalise la femme, Terre-Mère et Vierge Marie. Désacralisée, cette idéalisation donne le féminisme. Notre culture est le combat de Simone de Beauvoir. D’autre part, Le cheval-auto domine nos villes et nos banlieues. Notre culture est marquée par le chevalier-Christ et l’aide aux pauvres mais elle  est aussi colonisatrice, colonialiste, esclavagiste et raciste. Elle se croit universelle.

Aujourd’hui, après la décolonisation, l’abolition de l’esclavage, le suffrage universel pour l’élection des dirigeants et la promotion des droits des femmes, elle se croit la solution aux problèmes du monde. Dans le domaine mathématique, la notion d’infini de la théorie des ensembles contribue à la fabrication de la machine intelligente de Turing. Cette notion d’infini mathématique provient en partie de  l’inspiration mythique celtoscythique. C’est cette source barbare  qui a favorisé la communication informatique.